+
Blog

? #13 Gregory Pouy : du contenu guidé par la générosité

Gregory Pouy podcast from roots to heaven Valerie Demont

Gregory Pouy est podcasteur. Il anime le podcast Vlan! un podcast sociétal et digital. Il est marketeur et se présente plutôt comme un analyste culturel. Il est aussi Brand Evangelist pour Arianee, une app (blockchain) connectant les propriétaires, les marques et les biens.

J’ai souhaité l’interviewer parce que j’apprécie beaucoup son podcast Vlan! et aussi, car c’était un des premiers blogueurs que j’ai suivi à mes débuts dans le digital en 2010. En écoutant ses épisodes, j’ai perçu que c’est quelqu’un de curieux, avec une grande sensibilité, et qui s’interroge beaucoup sur notre société. Vous verrez qu’il démonte certains mythes.

En fait, j’ai beaucoup appris dans cet épisode avec Gregory, surtout sur la blockchain, car soyons clair, je me fiche de savoir comment ça fonctionne technologiquement, ce qui m’intéresse c’est sa finalité et ce que ça peut apporter au marché.

Et donc, le voici pour vous dans From Roots to Heaven.

Pour écouter l’épisode de Podcast avec Gregory Pouy

Disponible aussi sur 

Avec Gregory, on discute dans cet épisode de From Roots to Heaven de

  • De son parcours pro : passages en agences, en entreprises et puis le tournant vers l’entreprenariat il y a environ 10 ans.
  • Son podcast Vlan! Chaque épisode est une surprise. Chaque semaine, c’est très différent. Il donne accès à un large public aux personnes les plus inspirantes qu’il rencontre. Ses idées viennent des gens qu’ils rencontrent et de ses interrogations et discussions avec son entourage. Il aime l’idée de partager le savoir et les connaissances sur l’évolution de la société.

Ma démarche de création de contenu, de podcast est très généreuse.

  • De contenu gratuit et de l »investissement dans son podcast : pour être clair, il lui faut au minimum 1 journée pour chaque épisode. Souvent, il interviewe des personnes déjà rencontrées, et quelques fois des personnes qu’il voit dans ce but.
  • La blockchain et sa vulgarisation : par exemple dans Arianee, le protocole est blockchain, comme pour une messagerie et son SMTP. Au final, l’application permet de tracer l’histoire d’un produit un peu comme pour un CRM et de le lier avec les propriétaires (anonymes) et les marques.
  • D’équilibre de vie : heureux de sa vie, il a conscience qu’il travaille beaucoup, car il aime ce qu’il fait.

Je pense que cette histoire d’équilibre est un mythe. Mon équilibre de vie c’est me donner des plages de temps pour marcher, faire du sport et partir en vacances, c’est comme ça que j’arrive à gérer. Néanmoins, il faut arrêter de mentir aux gens, il n’y a pas d’équilibre : soit tu fais un métier que tu aimes, soit tu mets moins d’emphase sur ton métier, soit tu décides, homme ou femme de t’occuper de tes enfants.

  • L’importance du sommeil et d’une vie saine.
  • De notre société : élever un enfant à deux, le taylorisme et fordisme qui ne fonctionnent pas, du sens communautaire, des gilets jaunes.
  • Son Vlan a lui (à quoi il aimerait claquer la porte) en référence à la clôture de ses épisodes : au populisme.
  • Son conseil à son jeune lui : quand tu travailles ça marche en général, et si ça ne marche pas c’est que ce n’est pas le bon chemin. Il ne faut pas se limiter et se reconnecter avec son instinct. Le suivre et ne pas avoir peur.

Essaie et c’est possible. Ne pas se limiter. Se reconnecter à son instinct.

Pour suivre Gregory Pouy

Soutenez le podcast From Roots to Heaven

  • Partagez-le à vos connaissances et via les réseaux.
  • Notez-le sur Apple Podcast avec 5 étoiles ?
  • Remontez-moi vos améliorations, vos questions et les personnes que vous aimeriez entendre.

Commentaires

  1. C’est un podcast intéressant. Notamment, ce qui m’intrigue, c’est que Grégory exprime plusieurs choses avec lesquelles je suis d’accord, mais que j’aurais exprimé différemment. Il parle par exemple de générosité, et du fait que pour lui, son podcast est une démarche essentiellement tournée vers l’autre.

    Je trouve que c’est effectivement fondamental de vouloir apporter une contribution au monde lorsqu’on fait de la production de contenus, mais je pense que par ailleurs il ne faut pas sous-estimer le fait que c’est, d’une manière ou d’une autre, une activité épanouissante.

    Il le dit très bien d’ailleurs : il adore son travail. Je pense qu’on ne peut pas être dans un pur altruisme qui évacuerait le bonheur que peut avoir celui qui produit. Vous en pensez quoi ? 😉

    Par ailleurs Grégory évoque l’équilibre vie pro-vie perso comme une forme de myhte, mais je pense que la question n’est pas forcément de pouvoir faire du 50/50 (d’ailleurs si on ajoute les heures de sommeil ça devient vite tendu, pour ceux.celles qui dorment 8 ou 9 heures par nuit ^^). Il s’agit peut-être de savoir comment chacun.e peut trouver son propre équilibre,sa propre répartition, de la manière la plus harmonieuse possible, pour contribuer à la société ?

    En tout cas merci à tou.te.s les deux ! Longue vie à vos podcasts !

    1. Valérie Demont dit :

      Bonjour Elodie,
      Merci pour votre message.
      Je ne peux pas répondre pour Grégory.
      Personnellement, je crois que la générosité qui vient vraiment du coeur ne peut se faire que dans le plaisir. Un altruiste pour moi a plaisir à penser aux autres.

      Pour l’équilibre, c’est franchement une question compliquée qui demande plus que quelques lignes… pour avoir tenté de le trouver depuis des années, pour moi le 50/50 ne fonctionne pas. J’ai tout ce que je souhaite et souvent même plus, et j’extasie de le constater à chaque fois. Il y a des périodes où mon besoin de ressourcement domine mon « moi-business » et inversement. Chaque jour, j’ai des moments dédiés à moi, mon couple, ma famille et mon job. Si je ne prends pas soin de moi impossible de prendre soin des autres.
      J’ai aussi constaté que j’aime ces hauts et ces bas et ces variations de rythme, c’est peut-être même ce qui me plait le plus dans l’entrepreunariat en plus de la liberté. Comme disait Rudolf Klaus dans un un autre épisode, avancer sur le chemin de la vie c’est composer avec une forme d’équilibre, mais l’équilibre parfait, la ligne plate correspond selon lui à la mort. Et comme je vous le disais, avoir tenté durant 2 ans de lisser les hauts et les bas pour atténuer les pics à contribuer à une version light de moi-même et qui aurait tendu à la ligne plate si je ne m’en étais pas rendue compte.

      Ce qui compte: c’est trouver l’équilibre qui marche pour soi…

  2. greg dit :

    Bonjour Elodie et merci pour le commentaire.
    Ecoute, je crois dire que ce n’est pas qu’une démarche altruiste mais c’est quand même l’origine.
    Tu en retires toujours qq chose pour toi bien sur et de mon coté, la générosité me nourrit (cela m’épanouit aussi surprenant que ca puisse paraitre) mais ce n’est pas que cela. Ca fait parler de moi bien sur (bien pour mon boulot), je rencontre des gens passionnants (mais je les rencontre déjà dans la vraie vie, j’ai cette chance) .
    Concernant l’équilibre, le sommeil est évidemment essentiel mais je voulais tordre le cou à l’idée qu’on peut trouver un équilibre ou les 2 se développent fortement. Je crois à l’inverse que tu favorises l’un ou l’autre et que c’est là ton équilibre à toi, propre. Nous disons la même chose je crois 🙂

    1. Valérie Demont dit :

      Merci Gregory ??

  3. @Grégory : Oui en effet, je pense que nous disons la même chose ! ?

    @Valérie : j’aime assez cette idée, « la ligne plate correspond selon lui à la mort ». En effet, il y a quelque chose de très naturel et agréable dans le fait de pouvoir vivre avec des variations de rythme, d’intensité, de thématiques…

    je vais aller écouter l’épisode avec Rudolf Klaus, je crois… ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En visitant ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de vous proposer des services et des offres adaptés à vos préférences.